La pensée grasse affecte également nos relations personnelles.

En réfléchissant au travail des personnes en surpoids / obèses, je vois la relation entre le poids et les relations clairement établies. Si vous pouvez choisir entre un petit brigadier ou un gros, c'est celui que vous choisirez de manger.

Il n’est pas nécessaire de chercher très loin pour voir comment ces comportements se produisent lorsque certaines personnes entrent dans un magasin pour acheter une chaussure, essayent une chaussure noire qui leur conviendrait pour le moment, mais finissent par acheter beaucoup de modèles différents et finissent par sortir. dans le magasin avec quatre sacs de chaussures, car non seulement il avait acheté la paire de chaussures dont il avait besoin, mais il avait besoin d'être satisfait, bourré de la nourriture émotionnelle que les chaussures représentaient à ce moment-là.

La compulsion peut se produire dans de nombreux aspects de notre vie et chacun éprouve cette manifestation différemment, un comportement que nous appelons perte de contrôle, généré par le besoin de satisfaction rapide.


Dans les relations interpersonnelles, la situation se répète de manière plus déguisée et moins visible aux yeux des personnes concernées. La compulsion se traduit par le besoin de l'autre de nous compléter, besoin qui a également pour fonction de satisfaire les besoins.

Il est clair dans la clinique ainsi que dans les expériences personnelles de diverses relations dans lesquelles nous pouvons détecter une maladie de l’affection, un besoin pour l’autre de nous combler et pour combler nos angoisses, notre vide, notre solitude et nos angoisses.

À partir de ce moment, nous pouvons détecter qu’une grande partie des gens sont gros et croient vraiment que l’autre devrait incarner leur idéalisation et sont déçus de faire face aux différences, à l’incomplétude de leurs pensées, de leur corps (symbiose). , puis coupez leurs relations, détruisez l’autre. Qui n'a pas connu cette situation ou même remarqué cette attitude chez l'autre?


L'autre vous a-t-il déçu, non pas délibérément, mais précisément? L'autre, avec des désirs, des désirs, des croyances, des références différenciées, et qui ne veut pas et ne peut pas vraiment, s'accroche au désir et au désir de l'ami.

Je pense au rapport entre penser en gras dans cet aspect, vouloir plus, vouloir que l’autre soit le plus grand des amis, le meilleur, le plus compréhensif, le plus présent, pour partager juste la façon de voir et de vivre les situations de tous les jours, la pensée magique que tout ira mieux si l'autre les remplit.

Et la nourriture n’est-elle pas le rôle qu’elle joue dans la suralimentation des gens? La nécessité de manger une grande partie de la nourriture pour être satisfait? La nourriture qui se substitue à l'affection, au toucher, au baiser, à l'attention? Il est important de cesser de réfléchir aux relations que nous entretenons avec les gens, si nous n'exigeons pas de comportements qui vont au-delà de ce qui serait normal pour que deux personnes puissent vivre en harmonie sans se sentir lésées par la demande d'un partenaire, d'un ami, de la famille. .

Il convient de s'arrêter et de réfléchir à la manière dont nous établissons nos liens, car nous avons toujours le temps de modifier nos positions et de chercher à nous nourrir de manière à nous procurer du plaisir, sans nous en tenir à quelques personnes, et à élargir notre réseau de contacts et en particulier les situations qui Cela nous apporte du plaisir dans nos vies.

Pour en finir avec la psychiatrie ! - www.regenere.org (Juin 2021)


  • Bien-être
  • 1,230