Peur qui emprisonne contre peur qui libère dans l'éducation des enfants

Si vous me demandez aujourd'hui quel est le pire sentiment pour moi, je répondrais sûrement: peur. Je pense que d’autres sentiments très vils, tels que l’angoisse, l’anxiété et la culpabilité, sont causés dans une certaine mesure par la peur.

Il n’existe aucune preuve scientifique de sa biologie, de sa caractéristique naturelle, de son savoir social ou culturel. Cependant, ce sentiment fait partie de notre vie quotidienne en tant qu’enfants et ne fait que transformer leurs motivations au fil du temps.

L'enfance est la période où l'enfant commence à découvrir le monde à partir d'interactions avec son environnement. Au début, le bébé cherche à connaître les possibilités de son petit corps et à établir, à travers lui et de manière évolutive, une relation avec son monde extérieur, qui implique des personnes et des choses. Un exemple clair est le cas où le bébé découvre qu’en poussant un objet, il est capable d’en prendre un autre qui n’était pas à sa portée.


Dans cette phase d'exploration et de découverte constante? particulièrement lors du développement de la démarche et de la parole? Les parents dirigent souvent leurs enfants avec des directives telles que: «méfiez-vous des chutes!», «Ne mettez pas votre doigt dans la prise choquante!» Destinée à les protéger. Il est nécessaire que les enfants commencent à comprendre leurs limites au monde qui les entoure et à développer progressivement leurs propres mécanismes de défense.

Au fur et à mesure qu'ils grandissent, les directives changent. Des phrases très négatives telles que "fais attention à ce que tu fais!", "Je ne vais pas m'attirer des ennuis", "ne sois pas stupide?" devenir très commun dans la relation entre parents et enfants. Cette forme excessive? Orientation? les parents, poussés par leur peur exagérée? que la plupart du temps ne correspondent pas à la réalité, même au risque de dire? Il est souvent responsable de la formation d'enfants et de jeunes ayant un degré élevé de ce sentiment, ce qui peut entraîner des difficultés émotionnelles et sociales à l'âge adulte.

Donc, un conseil important: au jour le jour, sachez que si vous n'exagérez pas avec prudence, le fameux "C’est pour votre bien!". Orienter, c'est dialoguer, présenter des voies, des possibilités, faire confiance.


L'enfant n'est pas une boîte vide qui ne reçoit que des informations. Elle a besoin de protection et de conseils, mais c'est un être pensant, qui a ses propres désirs et la capacité de comprendre, dans une certaine mesure, ce qui est bon pour elle ou non.

De plus, l'enfant aime avoir peur dans une certaine mesure. Génère de l'adrénaline, un sentiment d'aventure et le désir de vaincre. Par conséquent, si elle n’est pas exagérée, la peur est également bénéfique pour son développement affectif sain. Grâce à ce sentiment, elle peut développer la capacité de faire face aux défis, ce qui est de la plus haute importance pour sa vie et son avenir.

Une enfant qui vit dans un environnement où elle est encouragée à oser et qui a la possibilité de faire face à des situations par elle-même? consciemment et dans ses limites, mérite-t-il d'être mentionné? et des relations basées sur la réassurance, le dialogue et la confiance mutuelle développent mieux votre confiance en vous, votre sens des responsabilités et votre autonomie, et vous êtes de plus en plus prêt à faire face à de nouvelles situations tout au long de votre vie.

Le stress mental et émotionnel - Joyce Meyer - Vivre au quotidien (Mai 2022)


  • Enfants et adolescents
  • 1,230