Comment critiquer votre patron de manière mature et professionnelle

La critique fait partie de l'environnement de travail et même les employés les plus compétents savent qu'un jour, ils seront critiqués par leur chef, leurs employés ou leurs clients. Mais qu'en est-il du patron, comment le critiquez-vous? La critique est essentielle à la croissance du professionnel et de l'entreprise. Le patron ne peut donc qu'être critiqué.

Selon l’entraîneur et psychologue Simone Alves, nous avons tendance à transformer la critique en un seul rapport de bogue sur l’autre, ce qui est une grande idée fausse sur ce qu’est la critique.

La façon dont nous critiquons le patron en dit long sur notre conduite professionnelle. La critique est donc un temps non seulement pour l'employé de faire part de son insatisfaction, mais également pour démontrer qu'il est au courant des besoins de l'entreprise, de ses besoins et également proactivité. Apprenez à structurer votre critique de votre patron de manière constructive et professionnelle grâce aux conseils ci-dessous.


6 règles essentielles pour critiquer votre patron

Il est important de suivre quelques principes pour que la critique ne se déplace pas et ne se perde pas comme une liste de ses fautes. Voici quelques conseils pour critiquer professionnellement:

1. Ne soyez pas émotif

Selon Simone Alves, être trop émotif est la plus grande erreur que vous puissiez commettre au moment des critiques. Beaucoup de gens n'ont pas de "filtre de leurs propres émotions et parlent n'importe quoi". Les émotions excessives ne conduisent pas seulement l'individu à choisir des mots incorrects. Pour Simone, cette passionalité implique que l'individu "n'a aucune perception de lui-même et aucune perception de ce qui se passe dans l'entreprise et avec les autres".

Lire aussi: Comment bien gérer son patron


Par conséquent, essayez d’être rationnel et de vous en tenir aux faits, en évitant toujours d’apporter votre malaise du côté personnel. Même si vous n'êtes pas à l'aise avec une décision du chef, par exemple, vous devez comprendre que ce n'est pas une attaque personnelle contre vous. L'intelligence émotionnelle est cruciale pour une critique constructive.

2. Connaître la culture de l'entreprise et son patron

L'entreprise encourage-t-elle la critique? Quel genre de leadership est votre patron? Est-il plus ou moins éloigné de ses employés? Avant de vous approcher du patron, vous devez connaître la société, ce qu’elle prêche et votre patron afin que vous puissiez vous préparer correctement.

Un patron plus charismatique peut accepter une approche moins formelle, par exemple. Si votre patron est très direct, il préférera sans doute que vous soyez simple dans sa critique sans? Se développer? trop son introduction à la critique.


3. Vous connaissez-vous?

Il est aussi important de connaître votre entreprise que de connaître votre profil de patron. Es-tu une personne timide? Êtes-vous trop confiant? Parlez-vous plus que nécessaire? Vous devez savoir quels traits de personnalité peuvent vous poser des problèmes.

Les personnes très timides ont du mal à critiquer mais aussi à se positionner, à s’imposer sur leur lieu de travail, explique Simone. Ils doivent travailler sur cette timidité, que ce soit en coaching ou en thérapie, car la difficulté à critiquer n'est que la manifestation de quelque chose de plus grand.

Lire aussi: Comment avoir une relation amicale avec votre patron

De même, trop d’affirmation de soi et de confiance en soi peuvent amener l’employé à se tromper de jugement. Quelle que soit l'expérience du salarié, un excès de confiance peut le conduire à ignorer certains aspects fondamentaux de l'entreprise ou du contexte, affaiblissant ainsi la critique.

4. Bien choisir le lieu de la critique

Encore une fois, l'entraîneur Simone attire l'attention sur l'importance de connaître la culture de l'entreprise et le profil du patron. Dans certains cas, des critiques peuvent être formulées lors d'une réunion à huis clos, dans d'autres, lors de la pause-café, évaluez toujours le contexte.

Ne critiquez jamais le patron devant d'autres employés ou patrons. En plus d'exposer votre patron et de lui donner l'occasion de faire des commentaires déplaisants et des rumeurs, vous finissez par impliquer d'autres personnes dans un problème qui vous concerne avec le patron.

5. Critiquer le comportement, pas la personne

"La personne est beaucoup plus susceptible d'accepter quelque chose qui a à voir avec son comportement et non avec elle dans son ensemble", souligne Simone. C'est-à-dire qu'au lieu de dire que le patron est précipité, soulignez que la signature du contrat avec un client particulier, par exemple, était fastidieuse à cette époque. Généraliser et dire que le patron est pressé peut le blesser, ce qui peut gêner la relation.

6. S'en tenir aux faits

En plus d'être ponctuel dans vos critiques, vous devez proposer des faits qui corroborent vos critiques et des exemples de ce dont vous parlez.Dire que le chef parle fort est vague, il est nécessaire d'expliquer en quoi cela interfère négativement avec le travail.

7. Utilisez la technique du sandwich

Avant de passer directement à la critique, commencez par un compliment. Puis communiquez la critique et finissez par parler de quelque chose de positif à nouveau. Ce modèle n'est pas juste pour? Ramollir? ou? mort? critique, mais selon Simone, il démontre que vous avez une vue d'ensemble de ce qui se passe et a pris en compte l'ensemble du contexte lors de la formulation de votre critique.

8. Proposer une solution

Fournir une solution au problème est essentiel car, pour Simone Alves, cela témoigne d'une attitude proactive et vous êtes non seulement intéressé par la critique, mais également par une personne impliquée dans l'entreprise, à la recherche de solutions, que le problème soit le vôtre ou non. Lorsque les critiques viennent seules, il peut sembler que le praticien se contente de se plaindre et que "si vous êtes constamment sur ce profil de grief et n'offrez aucune solution, ce praticien a tendance à être considéré comme un professionnel à problème", dit Simone Alves.

Et les patrons, que pensent-ils de la critique?

Découvrez maintenant le témoignage de personnes occupant des postes de direction sur la manière dont les critiques doivent être présentées et sur la manière dont le responsable peut créer un environnement favorable à la critique.

Pamela Mocelin Manfrin, directrice de la stratégie, Apetit Food Services

Avec une attitude amicale et respectueuse à l’égard du dirigeant, le professionnel doit souligner l’importance de la transparence dans une entreprise et choisir un moment propice pour dialoguer. L'employé doit agir simplement, objectivement et en toute sécurité, en précisant son intérêt à contribuer à la croissance des deux parties. Les critiques publiques, agressives et péjoratives compromettant l'autorité du supérieur doivent être évitées. Dans ce cas, le professionnel lui-même court le risque de compromettre son image. D'autre part, il est important de savoir comment exprimer votre opinion, même si elle est contraire aux autres, afin de contribuer aux réflexions. Les leaders performants ont besoin du soutien et des commentaires de leur équipe pour obtenir de meilleurs résultats techniques et comportementaux. Il convient également d'évaluer si l'attitude du dirigeant est conforme aux valeurs de l'entreprise et à celles de l'équipe. Si la compagnie collude avec une posture de leadership inadéquate, j'estime qu'il ne vaut pas la peine d'essayer d'intervenir. Cependant, pour se sentir bien sur le lieu de travail, vous devez rechercher des sociétés offrant des opportunités correspondant à nos valeurs personnelles. De cette façon, toute l'équipe reste alignée sur le succès.

Solange Pinheiro, associée directrice du groupe Aliar

Lorsqu’il s’approche, le contributeur doit être au courant du sujet, disposer de données pertinentes, la simple spéculation n’est pas toujours prise en compte. Chaque responsable cherche des résultats positifs, des personnes engagées et engagées dans leur travail. [Nous gestionnaires] Nous recherchons des employés pour faire la différence, avec des solutions, des idées pour améliorer et améliorer le développement de la société. Pour ce faire, nous devons être ouverts pour les écouter, les analyser, faire de la place, créer des conditions dans lesquelles les employés se sentent à l'aise pour interagir, exposer leurs améliorations et leurs critiques. Il est essentiel de leur donner un retour d’information, que les suggestions soient plausibles ou non, et de ne pas assumer la qualité de auteur. L'employé doit se sentir comme une personne à ajouter, pas seulement un nombre parmi d'autres. La posture réceptive, la cordialité et la transparence sont des éléments très précieux pour que le manager ait la confiance de son équipe. Les gens aiment les remerciements, merci, nous sommes une équipe et nous grandissons ensemble.

Marcos Sousa, responsable des ressources humaines chez Gocil Security and Services

[La critique] n’est pas rare, mais elle reste délicate à faire, en fonction de la culture de l’entreprise et de la volonté du dirigeant et de l’employé. Je crois que pour que l'employé réussisse dans son approche avec son supérieur, surtout s'il s'agit de faire une critique, il est nécessaire de présenter des arguments et des suggestions qui ont un sens et d'ajouter, que ce soit dans la relation, dans un projet ou dans le modèle de gestion du dirigeant. . Autrement, la proposition de retour d’information se limite à "ne pas accepter pour être en désaccord", sans tenir compte de l’importance de cet outil de gestion et de travail. En ce qui concerne le comportement, il est important de vous mettre à l’esprit amicalement, en suggérant de préférence une conversation privée, afin que les deux parties ne soient pas exposées. Les autres points importants sont l’équilibre émotionnel, le langage corporel et la transparence au moment de la conversation. Une approche à un moment nerveux peut être précipitée et nuire à l'image de l'employé, le faisant ainsi prier de ne pas prêter attention à son ton de voix et à l'utilisation des mots, perdant ainsi sa posture éthique. Enfin, il est important de connaître le but du retour d’information et de préciser que celui-ci est destiné à ajouter du travail et de la gestion, en laissant de côté toute motivation personnelle.

Critiquer le patron est une pratique qui intimide les employés, même parce que cette pratique a commencé à être encouragée il y a quelques années à peine dans les entreprises. Toutefois, c’est un moment important pour l’entreprise qui a besoin d’entendre les critiques continuer de grandir et pour l’employé qui a la possibilité de démontrer qu’il est au courant de ce qui se passe dans l’entreprise et contribue activement à sa croissance. Avec un peu de préparation, la tâche de critiquer le patron devient plus confortable, notamment en augmentant votre satisfaction à l'égard de votre travail.

RÉFORME DE L'ÉDUCATION, MERCI PATRON ? - VRAIMENT POLITIQUE (Janvier 2022)


  • Carrière & Finance
  • 1,230